29/11/2006

Tout va bien

Il y a des malades qui ont de la visite, d'autres pas. Par défaut mon épouse s'arrange pour ne pas être en manque. Mise à part la douleur et sa mobilisation, elle orchestre son séjour à l'hôpital le plus agréablement possible. Visites, télé, lecture, téléphone. Le fil de ses relations n'a jamais été aussi intense. Paradoxalement elle semble plus joyeuse que moi. La souffrance morale est plus pervers que la souffrance physique. Nos situations diverses restent éphémères, l'important est de s'accepter soi-même. La  vie prend sa revanche, soyons toujours prêt.

17:24 Écrit par Patrick dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Dificile de soutenir l'autre quand on ne se sent pas au top. Amitiés

Écrit par : biglodion | 29/11/2006

Les commentaires sont fermés.